Acheter une seconde résidence

Acheter une résidence secondaire peut-il être rentable? 

Coûteuse en entretien, appelée à être de plus en plus matraquée fiscalement, la résidence secondaire risque de devenir un gouffre financier. C’est sans doute pour cela que la plupart des acheteurs souhaitent désormais en tirer des revenus locatifs selon une étude européenne.

Un changement radical de mentalité. À en croire une étude internationale menée par le réseau immobilier Savills et par la plateforme de location touristique HomeAway, plus des deux-tiers des propriétaires louent désormais leur(s) résidence(s) secondaire(s) au moins une partie de l’année, afin de couvrir tout ou partie des coûts qu’elles engendrent. Ils n’étaient que 10% à le faire dans les années 1970 et 20% dans les années 2000. Une évolution que l’étude explique par la prise de conscience des propriétaires des revenus qu’ils peuvent tirer de leur bien. Mais la hausse des coûts de détention d’une résidence secondaire n’y est pas étrangère non plus.

 

Selon cette étude, au niveau européen, plus d’un tiers de toutes les résidences secondaires sont achetées uniquement pour être louées. Cet objectif serait même désormais la première motivation d’achat d’une résidence secondaire devant l‘objectif d’en profiter personnellement. Un tiers des propriétaires parvient à couvrir les coûts engendrés par leurs résidences secondaires grâce aux locations et un autre tiers réalise même des bénéfices. Mais les Français sont à la traîne (ou alors ils profitent plus de leur bien): seuls 23% d’entre eux en tirent un bénéfice tandis que 42% ne font que couvrir partiellement leurs coûts.

Les maisons et villas de 3 chambres ont la cote

L’étude souligne également que les Français figurent parmi les nationalités qui privilégient le plus l’achat dans leur propre pays: 86% des cas, seuls les Espagnols, les Italiens et les Portugais font mieux (95%). Les départements de l’Hexagone qui ont le plus la cote sont le Var (6 %), le Finistère (5 %), et les Alpes-Maritimes (4 %). Côté prix moyen d’une propriété achetée l’an dernier, l’étude parvient au chiffre global de 242.000 euros et de 294.000 euros pour la France. C’est 37% de moins qu’il y a 10 ans mais seulement 9% de moins dans l’Hexagone. Le marché français de la résidence secondaire continue à se distinguer des autres par l’achat de propriétés plus grandes qu’ailleurs. Les maisons ou villas avec trois chambres ont la cote alors que le gros du marché se tourne désormais vers des appartements de deux chambres.

Source : Le Figaro immobilier du 20/09/2018